Sélectionner une page

La caisse claire est un élément de la batterie, avec la grosse caisse, qui structure le rythme de la chanson. Il est donc très important d’avoir un son de caisse claire audible et bien mixer.

Caisse claire

Caisse claire

Pour rappel, je vous mets le lien vers l’article Bien mixer une batterie – Partie 1 – La grosse caisse

 

Je trouve la caisse claire moins compliquée à mixer que la grosse caisse, car le bas du spectre est toujours plus délicat à mixer que le reste.

 

Généralement, on a deux pistes pour la caisse claire :

  • La première piste correspond au micro positionné au-dessus de la caisse claire. C’est celui qui va enregistrer l’impact.
  • La deuxième piste correspond au micro positionné au-dessous de la caisse claire. C’est le micro qui va enregistrer le timbre de la caisse claire.

 

Pour la caisse claire, j’utilise, sur chacune des pistes, juste un coupe-bas pour nettoyer les basses fréquences et un égaliseur qui me permet d’ajuster la couleur de la caisse claire.

 

Après, je fais jouer la caisse claire sans le timbre, c’est-à-dire le fader de la piste du timbre à moins l’infini, puis je remonte ce fader jusqu’à obtenir le son qui me convient.

 

J’envoie ces deux pistes dans un bus puis ce bus, je l’envoie donc quatre autres bus avec un niveau de moins de 10,8 dB.

 

  • Le premier bus, je le laisse vide.
  • Pour le deuxième bus, j’insère un pitch descendu de trois ou quatre demi-tons
  • Pour le troisième bus, je rajoute de la distorsion.
  • Et dans le quatrième bus, j’utilise un compresseur avec un faible threshold et un fort ratio.

 

Pour en finir, j’envoie ces quatre bus dans un dernier bus incluant un compresseur bus (Glue compressor dans live) et en faisant l’équilibrage des niveaux entre les différents bus.

 

Je tiens à vous signaler que cette article est un exemple, et qu’il n’y a pas de règle absolue.

Pour preuve, je vous invite à partager vos méthodes dans les commentaires.

 

Crédit Photo : Pionites melanocephalus