Sélectionner une page

Quel que soit le mixage à faire, il y a toujours ces trois piliers qui sont :

  • le niveau
  • le fréquentiel
  • le placement

Mixage - Les 3 piliers

Mixage – Les 3 piliers

 

On va commencer par une petite définition du mixage d’après Wiktionnaire.

  1. Action de mixer, de mélanger.
  2. Superposition de différents signaux audio (ou multimédia) afin de les combiner en un seul signal.

Ici, on va exclure le mixage DJ, bien qu’il réponde à la définition, ce type de mixage à des similitudes, mais généralement les différents signaux audio sont déjà mixés

Reprenons ! D’après le point 2 pour faire un mixage, on doit superposer différents signaux audio pour un faire un seul.
Ses différents signaux audio sont généralement toutes les pistes audio du projet à mixer (voix, batterie, effet…). Avant le mixage, toutes les pistes sont principalement monophoniques (donc placer en un point), de niveau fort ou faible par rapport aux autres pistes, et les plages de fréquences des différentes pistes se chevauchent.
C’est comme faire un puzzle en 3D, mais avec des pièces pas taillées.

1er pilier du mixage : le niveau

Ici, je veux vous parler de niveau sonore et de dynamique.

Il est important, de bien comprendre que pour faire le mixage d’un morceau, il faut faire la somme de toutes les pistes. Hélas si l’on additionne toutes les pistes sans faire attention au niveau sonore, l’on va très vite saturer.

Ce que je fais : Je réduis le niveau sonore de -10 dB sur toutes les pistes.

Pour la dynamique, on va plus agir sur les différences entre les niveaux faibles et les niveaux forts afin d’avoir un niveau homogène et cohérent tout au long du morceau.

2e pilier du mixage : le fréquentiel

Beaucoup de choses se jouent sur le fréquentiel. En fonction des réglages, les différents éléments ne sonnent pas pareils. En plus, les fréquences des différents éléments se chevauchent. Voici un cas fréquent, c’est la grosse caisse et la basse, sans traitement fréquentiel, on a l’impression d’avoir une bouillie de basse fréquence.

Il y a deux actions principales à faire :

  • Nettoyer le spectre sonore de chaque piste à l’aide d’un equaliser
  • Faire de la place dans le spectre sonore pour chaque instrument qui joue en même temps

3e pilier du mixage : le placement

Eh oui, maintenant nous avons la stéréo, le 2.1 (stéréo + un caisson de grave), le 5.1 (1 enceinte devant à gauche, 1 en face, 1 devant à droite, 1 derrière à droite, 1 derrière à gauche et un caisson de grave).

Alors, il faut choisir l’emplacement de chaque élément du mix dans l’espace sonore. Pour cela, on utilise :

  • la panoramique afin de déplacer le son de gauche à droite
  • la réverbe afin de déplacer le son d’avant en arrière.

Conclusion

Tout mix se repose sur ces trois piliers et bien évidemment lorsqu’on corrige un pilier, il faut voir l’effet de cette correction sur les autres piliers

 

Si vous aimez cet article, partagez-le.

Et si vous voulez une formation sur le mixage, cliquez ici